LES BASONGE APRES L’INDEPENDANCE

LES BASONGE APRES L’INDEPENDANCE:

L’EPOPEE DE LA PROVINCE DU LOMAMI

La province du Lomami créée.par l’ordonnance loi du 14 Août 1962 regroupe de nouveau tous les territoires et Secteurs Songye y compris ceux du Maniema, Kongolo, Lubefu, élargis au Territoire de Dimbelenge..

Cette entité est formée au moment où les Bena Nsapu, une partie des Ben’Eki, partis sous la conduite du chef Muana Mbô en 1888 à Luluabourg (Kananga), viennent de rentrer à Kabinda sous la conduite du chef Louis Tshibambe, après une décennie d’exil. Suivis par les réfugiés Basonge chassés en 1960 du Katanga,et qui furent protégés durant leur cantonnement au camp des réfugiés à Elisabethville par certains gros-bras conduits par Nkunka Louis  .

Cette époque peut être considérée comme marquant le plus grand regroupement des Basonge depuis l’empire Luba. L’élite Songe venue de tous les coins du Congo s’est retrouvée pendant quelques années à Kabinda sous la conduite des leaders Basonge des années ’60 : Aloïs Kabangi ( Député National et fondateur du MUB <Mouvemenet de l’Unité des Basonge> le tout premier Ministre du Plan et Coordination économique du gouvernement Congolais (de Lumumba à Tshombé ); Dominique Manono, Président de la Province du Lomami ; Théophile Lumanisha, Vice-Président, chargé de l’agriculture ; Kasende Michel; Sébastien Ngoy Kalenga (Commissaire de Distrcict de Kabinda après le départ des belges et père de l’avocat Me Kalenga ka Ngoy); André Ditende, Liévin Kasongo,….. font partie des premiers Députés Nationaux lors de la création de la province du Lomami.

Signalons que Christophe Muzungu, alors proche collaborateur de Patrice Lumumba, avait effectué une tournée en 1960 afin de présenter Aloïs Kabangi qui n’était pas encore connu par le peuple Songe. Par prémonition, il avait annoncé un jour aux élèves de la Mission catholique de Tshofa, non loin de son village natal de « Ngandu », qu’étant donné le risque qu’il encourait de disparaître prématurement, la mission de conduire le peuple Songe revenait à Aloïs Kabangi. Effectivement, c’est ce dernier qui soutena la création de la province du Lomami en dépit de l’opposition de grands leaders kasaïens.

Du côté du Maniema il y a eu Salumu, ministre des fincances ; Amisi,  ministre ;  Masudi, député ; Fundi Bonaventure, Secrétaire général adjoint à l’Assembleé Provinciale, sans oublier de nombreux fonctionnaires et agents de la fonction publique. Munganga,venu du territoire de Kongolo au Katanga était ministre de la santé ; Muteba de Lusambo  était Vice-président de l’Assemblée, Ilunga Emile, ministre….  . Même l’ancien ministre de Tshombe, Gabriel Kitenge est revenu à Kabinda avec ses camions de transport (Kite-Trans)et un orchestre(Kite-Jazz) qui animait chaque soir au Bar de Ntambwe Benatar sous la conduite du jeune soliste Suzi Kaseya (venu avec l’orchstre de Likasi) , avant de briguer le poste de gouverneur de province, perdu au dépend de Dominique Manono.

Bien avant lui, la province du Lomami avait bénéficié de l’apport de nombreux commerçants revenus de Luluabourg (Kananga), du Maniema et de Lubumbashi. Matunga Léon, resté à Lubumbashi ,avait envoyé une vingtaine de camions de transport.Sur place Kitenge Emile (le père de Kitenge Yezu) hérite du prestigieux Hôtel du Lac,où logeaient des blancs à l’époque coloniale, tandis Mutamba Petrous s’affirme dans le commerce général.

Le territoire de Dimbelenge qui a refusé d’adhérer à Luluabourg (Kananga) en 1960, sera valablement représenté  par les leaders de Bakwa Luntu, Bakwa Mputu, et Bena Koji  dans la nouvelle province du Lomami à Kabinda.Il s’agit notamment de : Tshimanga (Secrétaire Parlementaire) aux côtés de Ngoy Marcel (un musonge) ; Dipumba (Président de l’Assemblée), et Kadiebwe Samuel (Secrétaire général de l’Assemblée Provinciale, avec comme adjoints Ngoie Lumano Placide et Fundi Bonaventure (deux basonge).

D’autres cadres tels que Ngoy Tshilombo, Basanga Pontien, Ngoy Mpanda, Ngoy Laurent,Muembo Puis, Milambo Katambwe Kiyoyo, Ejiba Olivier, Kuminga,( le père du joueur François Mupikule « Epiku »),Maole Laurent (fils du Chef Lumpungu Kamanda), Maole Vincent ,Mulolo, Nkongolo(père du Colonel Kongolo), Yamulenge (père du Dr Salumu et de l’ingénieur Tshomba), Kangombe(Régideso),Kabondo Antoine (le père de Tshikudi M.T), Kanyama (père du chimiste Kanyama et du Dr Mukonkole, tous décédés); le journaliste Muana Mbô Kankieza(venu de Léopoldville comme conseiller du gouverneur Kikangala Jean-Marie), sans oublier Kimankinda (représentant de Lomami à Luluaboourg) et Kyungu Pierre (représentant à Léopoldville) …..avaient pris une part active au sein de la province du Lomami, avant que certains ne repartent ailleurs. Les actuels ministres Tambwe Mwamba et Lumanu Bwana Sefu ont vécu cette épopée durant leurs études universitaires. Quant à ceux qui sont restés ailleurs, à l’instar du Dr Makombo;  le père du professeur Malu wa Kalenga; le père de Nsapu Kalimasi,…. on les remarquait souvent durant les deuils en train d’exhiber la danse songe.  Ceux qui sont nés ailleurs (comme le professeur Mudimbe et les Ngolo Mingi….)  s’expriment   quand- même  en Kisonge , afin de préserver leur identité .

Même la Police a vu les officiers formés ailleurs revenir à Kabinda pour servir leur province d’origine, il s’agit notamment de : Mbuyu Gaspard (Inspecteur), père de Djamba Diagas,  Luhaka (Inspecteur); Malangu (commissaire) ; Kasongo (Commissaire) ; Jean Onokoko( commissaire) ; Muteba (Commissaire) ; Mulenda (Commissaire); Kabambula (commissaire) ; Rolin , le métis (Commissaire) ; Nyembo, venu du Maniema (commissaire) ; Kaboto Marcel (commissaire) ;Mutuale (commissaire et grand artibre de football),….

L’hôtel de ville est dirigé par Kasongo Nkongolo, revenu de Luluabourg, un très bon arbitre de football.

Sur le plan sportif, plusieurs équipes de football animent la vie sportive à Kabinda  , il s’agit de : F.C. YAKAUMBU, de Kakesse Damas, Mupikule François, Tshibambe (Bouton), Mukusa (gentil), Ndjibu (Chouchou), Mudimbi (Tout puissant), Malandala Alexis (Mexicain), Kalanda (double- poumon) ; Nsapu Nsensele (Daring) et François Lukunku qui effectuaient de navettes entre Léopoldville et Kabinda jouaient de temps en temps dans la grande équipe de Yakaumbu, sponsorisées par Pande Moya Kasongo et Mushengezi Laurent depuis Kinshasa ; F.C. LUMUMBISTE, de Nkishi (Cuisse), Lumbwe (Nkrouman), Kapuku et Malala Léopold ;F.C. VATICANO, (formés principalement des Bena Nsapu revenus de Luluabourg), du coriace Mukonkole (Imbécile), grand frère de Nsapu Bonaparte, Tshamala (Moscou) et Lonji Médard (De Lodja);F.C. DIABLES-ROUGES (équipe des Militaires et du quartier Bunduki), de Lumpungu (Air Congo), Katontoka, « satan » et « excellent », un militaire..

Les ressortissants du Maniema ont formé une équipe dénommée : COCASSE, dirigée par le jeune frère de Fundi Bonaventure ;F.C.ATHENNEE, de Kabongo (Poteau) qui fut à l’origine du forfait infligé au F.C Bilima de Kinshasa, Mulungo(Bondis) actuellement Professeur à Kisangani, Tshibangu Jean-Marie (John Mary), et du gardien volant Mutuale (Bwatom) rentré à Lubumbashi.

Une anecdote : après les troubles survenus à la suite de l’accident de circulation ayant provoqué le décès d’un enfant d’un militaire du camp de la Force Publique, le ministre Jérôme Ananis est descendu à Kabinda pour  calmer la situation. A la fin du match de football organisé en son honneur, les jeunes seront surpris de voir le ministre venu de Kinshasa s’entretenir avec un joueur en maillot, François  Lukunku (dit Franco). Ce dernier était un leader du (MNC/Lumumba) résident à Léopoldville et  se rendant de temps en temps chez-lui à Kabinda où il en profitait pour jouer au sein de la plus grande équipe locale, Yakaumbu.

Sur le plan scolaire, la province du Lomami, sous l’oeil vigilant de Mgr Kanyama Matthieu , a bénéficié des structures très fiables des l’enseignement catholique à l’époque. L’INSTITUT ST PAUL du Père Urbain dit Kangulu ; L’INSTITUT ST. AMBROISE des Frères de la Charité (des frères Rombeau, Pamphile, « Caisse », Kalonda..) , anciennement réservé aux métis du Kasaï et du Katanga, et qui a récupéré  le corps enseignant et les élèves des Frères de la Charité ayant fui la rébellion à Lusambo en 1964 ; l’ATHENEE REPUBLICAINE dirigée à sa création par Paul Berger, puis par l’haïtien Magloire , enfin par Tshibambe Tshinkalo; L’INSTITUT STE AGNES des filles ; et le PETIT SEMINAIRE, ont contribué à la formation de nombreux cadres (médecins, juristes, officiers, économistes, journalistes… ) qui servent le pays aujourd’hui, d’autres ayant immigré comme la plupart des cadres congolais.

Ces instituts recevaient des élèves des écoles primaires: St-Ambroise (Tatu Kabunda..);Ecole centrale de Kamukungu (du Directeur  Kazadi (père du Dr Paulin Kalenga à Liège) ; Ngoy Marcel et des deux  Tatu Tambwe),sous la supervision du Père BISASA BIA BANJELO, d’origine Hollandaise.

La plus grande période de la province du Lomami a été dominée par le parti politique MUB, dirigé par Aloïs Kabangi, jusqu’à ce que l’UPB (Union Progressiste de Basonge), de Jean-Pierre Mukonkole(alors Secrétaire général du CONACO de Moïse Tshombe) ne prenne la relève. C’est  son candidat, le belgicain Jean-Marie Kikangala qui a remplacé Dominique Manono (du MUB), au poste de gouverneur de la province, avant que le Lomami, le Sud Kasaï et le Sankuru ne forment le Kasaï- Oriental ou Kasaï ka kutunduka nguba en 1966, avec comme gouverneur Jonas Mukamba , et Jean-Marie Kikangala, au poste de vice-gouverneur. Ce dernier sera plus tard ministre des PTT à Kinshasa, avant d’être nommé Ambassadeur au Gabon.Il n’est plus de ce monde

 

contactprovincelomami@gmail.com